Face Nord du Vignemale

  • La face nord du Vignemale

Les voies Ravier en face nord du Vignemale.
(cliquer sur l’image pour l’agrandir…)

Texte écrit par Rainier Munsch dit « Bunny »
publié dans « Jean et Pierre Ravier, 60 ans de Pyrénéisme« 

« Le versant Nord du Vignemale était le lieu idéal pour signer l’acte de naissance du pyrénéisme de difficulté. La cérémonie se déroula de fort belle manière le 7 Aout 1889. Céléstin Passet tenait la plume ou plutôt le piolet, car l’écriture, ce jour là, ne prit pas un caractère symbolique : le couloir de Gaube venait de rendre l’âme.

38 ans s’écouleront avant que d’autres pyrénéistes relèvent le défi. Le 6 juin 1927, Jean Arlaud et Charles Laffont y subissent un échec. Le mur de glace terminal semble infranchissable. Le mythe se renforce, mais nourrit de nouvelles ambitions…

La conquête des à-pic du Vignemale reprend en 1933. Le fameux couloir est de nouveau vaincu les 13 et 15 Juillet. Henri Barrio, Joseph Aussat et Joseph Loustaunau soufflent la seconde ascension tant convoitée au comité directeur du GPHM qui se contentera de la troisième, au grand dam de François Cazalet. Le mois suivant Barrio revient à la charge et gravie en compagnie de Robert Bellocq, la face Nord de la Pique Longue. Dignes émules de Paul Preuss, ils ne plantent aucun pitons.

Une décennie s’averera encore nécessaire avant que de nouvelles cordées portent des yeux neufs sur ces hautes murailles. Le 4 Juillet 1945, François Boyrie et Jo Simpson franchissent la rimaye de Gaube et ouvrent l’Eperon Nord-Ouest de la Pointe de  Chaussenque. L’horaire réalisé par les premiers ascensionnistes souligne leur virtuosité sur ces terrains délicats. Quatre ans plus tard, la première hivernale de la face Nord de la Pique Longue, réalisée par Bernard Clos et Marcel Jolly, donne de nouvelles perspectives à la génération suivante…  »

Celle de Jean et Pierre Ravier.

En quelques années, sur le versant nord, ils y ouvrent 5 itinéraires de grande classe, dont le Dièdre Jaune, frappé par le sceau légendaire de l’impossibilité.

> Eperon NO en hivernale de l’Aiguille des Glaciers (1961)
> Face N intégrale (sortie directe de la Pique Longue (1967)
> Dièdre Jaune – Pique Longue (1964)
> Face N du Piton Carré (1954)
> Pilier N de l’arête de Gaube (1967)
> Couloir de l’Y – Pique Longue (1965)


La cordée emblématique du pyrénéisme du vingtième siècle dont le génie réside dans une conception très personnelle de la montagne, basée avant tout sur l’amitié et leur attachement à l’histoire même du pyrénéisme, nous laisse dans leurs carnets de courses (publiés en partie dans « Jean et Pierre Ravier, 60 ans de Pyrénéisme« ) quelques mots aussi simples que bien écrits, de leurs réalisations les plus remarquables.

En cliquant sur les liens ci-dessous, vous en découvrirez deux parmi les 5 itinéraires ouverts en face nord du Vignemale.

Carnet de course : Dièdre Jaune, le 19 & 20 Juillet 1964

Carnet de course : Couloir de l’Y, le 28 & 29 Mars 1965

Pour les autres carnets de courses…
Acheter le livre…

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 18 octobre 2010 à 13:00
  2. 24 octobre 2010 à 22:42

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s